Une brêve histoire du Stance

La question du placement des pieds goofy ou regular ne se pose pas vraiment en wingfoil comme en surf ou en snow, dans la mesure où il est naturel de naviguer sur les deux stances. Nous conservons cependant toujours un bord préféré, tandis que sur l’autre, dit en « switch » ou « fakie », tout est moins confortable. Le stance demeure une énigme pour la science, il révèle toutefois des choses étonnantes sur notre corps et nous nous sommes mis en tête de trouver les moyens qui permettront d’améliorer les sensations sur les deux côtés.

par Vincent Chanderot dans Wingsurf #12 et aussi Kiteboarder#129, Wind, Backcountry #3

Peut-être avez-vous évacué le problème en naviguant toujours avec le même pied devant, ce qui économise aussi une inversion des appuis dans les manœuvres, mais cela reste vrai pour tout le monde : nous avons un bord sur lequel on se sent moins à l’aise au jibe. Sur lequel on saute moins bien, sur lequel le surf est moins fluide.

En amplifiant chaque mouvement parasite et chaque déséquilibre, les débuts en foil nous rappellent à notre asymétrie. Si les premiers bords sur le stance naturel se passent vite très bien, le foil exacerbe un déficit de stabilité et d’agilité en switch chez la majorité des riders, et ce malgré un long background de glisse. La latéralité dans notre sport s’estompe avec le volume de pratique et la plasticité mentale, puisque nous naviguons potentiellement autant tribord que bâbord amures. Elle persiste néanmoins, même chez les pros, entretenue par nos préférences et les impératifs de notre spot, en surfant, sautant ou réalisant certaines manœuvres toujours du même côté.

Dans le monde de la glisse, certains pro-riders sont clairement avantagés par un circuit wave bâbord (comme en windsurf), non seulement parce qu’ils pratiquent ces conditions au quotidien, mais aussi parce qu’ils se battent sur leur bon pied.

En enseignement, partir sur son bon côté est un des facteurs de réussite, mais ça n’est pas toujours évident à mettre en place. Rares sont les moniteurs à se demander si leurs élèves réalisent leur premier bord sur le stance naturel ou switch (en tous cas moi je n’y avais pas pensé à l’époque), pourtant l’apprentissage des goofies est clairement favorisé par un vent venant sur tribord (à droite), tandis que celui des regular sera plus difficile sur ce bord.

« Moi non plus je ne suis pas très à l’aise en switch, je ressens une différence. C’est plus vrai encore pour les riders qui sautent toujours sur le même bord comme à Cape town, où le vent vient systématiquement de gauche. Ca n’a pas de sens de chercher la perfection des deux côtés, il vaut mieux développer un répertoire pour chaque amure » Lasse Walker

DROITIER OU GAUCHER

La latéralité semble être le fruit de l’inné et de l’acquis. Elle résulte d’un déterminisme génétique que l’apprentissage peut contrarier. Par conservatisme dans l’enseignement ou bien par mimétisme, lorsque les enfants reproduisent les gestes de leurs ainés. En dessinant, ou montant comme eux sur un skate la première fois.

Ce fut probablement aussi le cas du tennisman Rafael Nadal, droitier dans la vie mais gaucher sur les courts ! Son choix délibéré de main dominante n’est sans doute pas étranger à son terrible coup droit, car il l’associe opportunément avec son œil et son bassin dominant : Le corps tout entier est latéralisé et nous avons aussi un œil directeur, un sens plus souple pour la rotation du bassin et des épaules et encore un pied fort.

En tennis, les meilleures combinaisons de dominance sont bien documentées et font partie de l’analyse de performance. Par exemple pour un bon coup droit, une dominance dite « croisée » de l’œil et « homogène » du bassin et du pied sont très favorables : la balle est vue plus tôt, le tronc peut visser davantage pour plus de puissance et l’appui est meilleur. Dans nos sports de glisse, la latéralisation de chaque étage (œil, cou, épaules, bassin, jambe, pied) a assurément aussi une influence sur le confort de navigation pour chaque stance.

GOOFY VS REGULAR

Dans les board-sports, on parle de regular-footer, lorsque le pied gauche se place naturellement à l’avant et de goofy-footer dans le cas inverse. La majorité de la population est regular, elle est plus à l’aise sur les bords bâbord-amure et en surf sur les droites, qui peuvent être surfées frontside sur le stance naturel.

Le goofy est plus rare, c’est d’ailleurs le sens de ce terme en anglais, qu’on peut traduire par loufoque. Les goofies, minoritaires aux débuts du surf, étant considérés comme une originalité. Il s’agirait d’une référence au copain perché de Mickey Mouse dans le dessin animé « Hawaiian holiday » de 1936, dans lequel Dingo (Goofy, donc, en anglais) surfe pied droit devant… Le mystère reste toutefois complet, car on le voit aussi attaquer la vague en regular!

L’autre grand mystère est que si la plupart des riders conservent un stance similaire quoi qu’ils fassent, certains l’inversent en passant du surf au skate ou au snowboard. Ceci laisse présager que le stance n’est pas uniquement déterminé par le pied : la morphologie, la souplesse, les appuis propres à chaque sport, ainsi que l’apprentissage d’une technique, plus ou moins bonne, peuvent être impliqués. Il y a une part d’inné et une part d’acquis. Les chances sont grandes que les enfants apprenant le surf toujours sur une petite gauche soient amenés instinctivement (sinon par leurs maîtres) à se lever en position goofy pour pouvoir surfer frontside, face à la vague.

LE PIED DOMINANT

La latéralité du pied suit les mêmes proportions que celles de la main : 90% de la population est droitière pour le pied comme pour la main (1).

On pourrait s’attendre à retrouver la même distribution sur le stance, or les regular ne sont que 60 à 70%, on ne peut par conséquent pas se contenter de l’idée que le pied dominant se place à l’arrière (2).

Mais qu’est-ce donc qu’un pied dominant ? On s’accorde en général à considérer que c’est celui qui jongle et shoote avec un ballon ou celui qu’on lance en sautant. En d’autres termes, c’est celui qui manipule, qui se dirige agilement dans l’espace. L’autre pied est dévolu à la stabilisation, à l’équilibre.

La fonction de ce pied est pourtant tellement essentielle qu’il ne mérite pas ce statut de dominé : que serait un shoot sans un ancrage solide ou un saut sans une impulsion puissante ? Plusieurs études scientifiques soulignent donc que le concept de dominance se définit au regard de la tâche à effectuer : Spry et son équipe de l’université du Kansas (3) ont relevé qu’il y avait le pied préféré, le plus souvent à droite, pour les manipulations ou les tâches réclamant précision et agilité, et le préféré (souvent à gauche) pour les tâches qui nécessitent assise et équilibre. Ils ont aussi mesuré dans cette étude que « la jambe dite dominante n’est pas la plus forte des deux ».

“Une école préfèrerait un virage précis tandis que l’autre privilégierait un virage stable ?”

L’ENIGME DU STANCE

Voici donc une surprise (en faisant l’approximation que quasiment tout le monde est agile du pied droit) : pour un même sport, réclamant les mêmes appuis, les goofy-footers mettent leur pied stable et fort à l’arrière, tandis que les plus nombreux, les regular-footers privilégient le pied stable à l’avant. Cela suggère-t-il qu’une école préfère un virage précis tandis que l’autre privilégie un virage stable ?

Là encore, il faut rechercher le rôle de chaque appui, et cela suscite toujours de longs débats. Probablement parce qu’il y a autant de sensibilités que de riders, au regard des morphologies de chacun. Le champion de surf Mark Richards estimait que « le pied avant n’intervient pas du tout dans la mise en virage, il est là pour équilibrer. La planche ne peut pas tourner sans pression du talon ou des doigts-de-pieds arrière. Je suis sidéré d’entendre des shapers parler de boards spéciales pour « surfers de pied avant» ». Beaucoup d’autres visualisent plutôt le rôle de jambe pivot et l’importance des transferts d’appuis avant-arrière.

En effet le contrôle de la planche ne peut pas se limiter aux seules actions des pieds à l’interface de la board. C’est toute une chaine musculaire qui intervient, car le virage commence par le regard, par le cou et les épaules puis le bassin, lequel transmet les appuis vers les pieds et la board. Le centre de gravité du corps se situe au-dessus du bassin et c’est son déplacement par mouvements de hanches qui permet de transférer les appuis sur le foil et de lui faire prendre du lacet ou du roulis.

DEVENIR PLUS A L’AISE EN SWITCH STANCE

Si vous peinez à engager un beau jibe en switch stance, c’est peut-être que vos pieds ne parviennent pas à s’y résoudre ou que leur morphologie ne le favorise pas (pronation / supination). Mais sans doute votre bassin s’y oppose-t-il aussi.

Le fonctionnement du corps dans un mouvement complexe n’est jamais binaire. Faites le test : la souplesse de vos deux hanches n’est pas égale de chaque côté. Vous l’avez sûrement déjà remarqué en position toeside (également appellée switch) avec la wing côté talons.

Le plan du bassin peut également pivoter spontanément et se fermer ou s’ouvrir par rapport à la board pour compenser une différence de longueur de jambe qu’on retrouve chez 80% de la population (l’anisomélie). On se trouve là confronté à un des fondamentaux des arts martiaux : la libération du bassin permet d’accroître les amplitudes et de trouver des ancrages forts. Elle permet une correction plus évidente des appuis et des déséquilibres.

Les causes de latéralisation sont multiples, néanmoins, travailler la souplesse du bassin, rendre chaque pied plus polyvalent et avoir un bon gainage semblent des pistes sûres.

On peut améliorer l’agilité du pied stable et l’assise du pied maniable. C’est peut-être ce qui nous fait défaut pendant toutes les manoeuvres en switch stance. Dans cette optique, on ne peut que conseiller de se forcer un peu à pratiquer plus de manœuvres sur son mauvais bord : n’attendez pas de tomber pour faire demi-tour! Jiber en switch avant!

Sautez et surfez aussi sur ce côté le moins confortable. Avec le temps, un déséquilibre musculaire peut s’installer à force de toujours favoriser le même côté et il devient difficile d’en revenir. Selon Dr Barrucq de Surf-prévention, les pros des sports asymétriques doivent y remédier en salle de gym, car il est générateur de blessures et même de pertes de performances sur le stance naturel. On observe combien il est difficile pour les surfers, qui pratiquent depuis des années tout le temps sur le même stance, de faire le bord de retour lorsqu’ils se mettent à la wing.

« Je travaille vraiment en switch. C’est important de parvenir à passer des tricks des deux côtés et au final d’être un rideur complet » Giel Vlugt

DANS LA TETE

Nous pouvons profiter d’outils mentaux : Si vous parvenez à voler en foil sur votre stance naturel, vous y parviendrez aussi en switch, parce que vous avez déjà réussi cette même chose sans voler, sur la carène. Retenez que si vous parvenez à décomposer une manœuvre pour la mener habilement d’un côté, vous disposez déjà des cartes pour y parvenir de l’autre, à quelques ajustements près.

Le cerveau est plastique, il peut intégrer à tous les âges de nouveaux gestes. Grâce à l’entraînement, les handicaps peuvent être surmontés afin de franchir les différentes étapes de l’apprentissage. Vous êtes peut-être aujourd’hui dans « l’incompétence consciente » (« Je sais que je ne sais pas faire telle chose en switch »), mais vous parviendrez à force de travail à la compétence consciente (« je sais que je sais faire, mais cela requiert une concentration totale »). Vous atteindrez finalement la compétence inconsciente : vous manœuvrerez en switch même en dormant, et scorerez en surf backside et frontside comme un pro. (4)

Quelques exercices pour progresser en switch avec nos kinés et ostéos Julien Bertrand et Carla Gutierrez

A l’eau : on se focalisera sur des manœuvres en switch stance en essayant de prendre conscience de ses appuis, du rôle tenu par chaque pied, de la position la plus appropriée du bassin, des épaules et du regard.

A terre : on n’hésitera pas à rider en switch stance tout ce qui glisse. Les appuis seront souvent différents, mais des chaines musculaires utiles pourront être activées. Faites donc un peu de skate ou waveboard en switch, du snowboard.

Même en ski, prenez conscience de vos appuis favoris : là aussi vous avez un virage puissant, un pied autour duquel vous faites toujours votre freinage et un pied que vous préférez mettre devant pour franchir en dérapage un raidillon glacé.

A la maison : on peut muscler le membre agile et booster son équilibre grâce à des exercices de proprioception devant la télé sur un plateau kiné (à fabriquer soi-même ou trouver au rayon fitness) ou un indoboard.

On veillera toujours à maintenir un équilibre : Julien Bertrand, Waterman et kiné-ostéo à Anglet rappelle qu’une des bases de la rééducation est de toujours faire aussi l’exercice avec son côté « sain ».

Les étirements sont toujours bénéfiques parce que la souplesse est fondamentale. Des exercices simples issus du Tai-chi permettent une libération du bassin, ce qui permet aussi de mieux tenir en toeside, avant ou après le jibe)

Plateau ou coussin bosu : stabilité des appuis et proprioception

Sur un pied, genou légèrement fléchi :

  • Tenir l’équilibre. Yeux ouverts puis fermés (fig 1)
  • Tenir l’équilibre en provoquant des déséquilibres (bousculer, attraper une balle, se pendre à une corde) (fig 2)
  • Idem en tournant le regard du sol au plafond et sur les côtés, en écoutant du son

Un pied au sol, l’autre sur le coussin ou un ballon :

  • Tenir l’équilibre en transférant le poids au pied sur le ballon (fig 3)

Sur deux pieds, les yeux fermés :

  • Visualiser mentalement (en caméra embarquée et suiveuse) des manœuvres en switch (fig 4)

Balance-board (Indo-board): équilibre général des appuis et transferts

  • Transférer ses appuis de switch en natural et vice-versa
  • Visualisation mentale et simulation du virage switch (fig 5)
  • Rotation du bassin avec transfert d’appuis d’un pied sur l’autre (fig 10)

Pistol : puissance et équilibre des appuis

  • Descendre doucement les fesses sur un seul pied, au besoin à l’aide d’un bâton

Augmenter progressivement les séries de 5 répétitions, repos 1min30 (fig 6)

Echelles ou anneaux au sol : agilité du pied

  • Disposer des cibles rapprochées sur le sol (anneaux, dessin sur le sable, échelle) et courir en faisant slalomer rapidement le pied le moins agile et l’autre aussi tant qu’à faire (fig 7)
  • Jongler avec ce même pied avec une balle de aki ou de foot

Tai chi : libération du bassin

  • Genoux légèrement fléchis, mettre le bassin en rotation en transférant le poids d’une jambe à l’autre. 10 minutes par jour tous les jours en attendant le bus et à la plage.
    • Poids sur la jambe vers laquelle le bassin se tourne (fig 8)
    • Poids sur la jambe opposée (si pas de soucis aux vertèbres dorsales)
  • Sur le dos, ramener les genoux sur le ventre (au besoin en serrant un ballon). Basculer à droite puis à gauche sans décoller les épaules, en expirant et regardant dans l’autre direction. (fig 9)

Bibliographie :

1. Asymmetry in muscle weight and one-sided dominance in the human lower limbs. Chhiber & Singh, Journal of Anatomy (1970)

2. Relationship between leg dominance tests and type of task, Jessica Velotta et al. Journal of Sports Sciences (2011)

3. Evaluation of laterality in the snowboard basic position. Staniszewski et al. Human Movement (2016)

4. What is leg dominance? Spry et al. International Symposium on Biomechanics in Sports (1993)

5. Goofy Vs Regular: laterality effects in surfing, Phil Furley, Laterality 2018

LES DIX COMMANDEMENTS…

Pour une progression relax vers l’autonomie

A la sortie de l’école, quand vient la navigation en autonomie, les jeunes kiteurs et kiteuses doivent faire face à un supplément de pression, qui fait parfois y aller à reculons. Le kite est potentiellement dangereux, or il faut maintenant prendre des décisions et assumer ses analyses sans encadrement ni assistance. Pour les jeunes rideurs/euses et pour ceux qui les accompagnent : voici nos conseils pour naviguer plus serein sur la route de l’autonomie.

par Vincent Chanderot dans Kiteboarder #131

I. CHOISIS TON SPOT

Le spot adapté à son niveau est celui permettant de progresser en sécurité sans trop galérer. La peur c’est l’inconnu, alors il faudra aller faire ses armes sur un spot facile et familier. Il doit être suffisamment vaste pour offrir de bonnes marges de sécurité. Apprendre sur un spot trop technique est contre-productif : on y apprend moins vite voire pas du tout et il y a moins de plaisir.  Avoir conscience d’être sur un spot exigeant génère aussi du stress inutile. Lorsque par exemple il faut parvenir à franchir une barre sans dériver sous le vent, il y a une pression du résultat. La densité de kites peut générer du danger, du moins un grand sentiment d’insécurité. Néanmoins, la présence d’autres kites permet une surveillance mutuelle, dont tu as besoin pour te rassurer. Si tu as appris uniquement en eau profonde et n’es pas encore à l’aise pour décoller sur la plage, il te faudra absolument faire cet apprentissage, sois donc doublement vigilant sur le choix du spot. Tu peux toujours te faire accompagner par un moniteur pendant quelques heures après le stage, pour bien appréhender le nouveau spot.

II. CHOISIS TES CONDITIONS

Seignosse dans la brise de mer sans houle, ça n’est pas la même que Seignosse pendant une dépression hivernale. Un plan d’eau facile, c’est un facteur clé de réussite pour la progression. Les conditions de navigation des premières sessions devraient être plaisantes pour que l’apprentissage ne devienne pas une corvée. Accumule de l’expérience dans un premier temps sur un plan d’eau plutôt plat. Même lorsque les conditions ne sont pas dantesques, les creux au large peuvent impressionner, le shore break au bord aussi. Les vagues peuvent transformer ta session en galère, donc regarde aussi les prévisions de houle.

Opte pour une orientation du vent sécurisante. En Side-On ou Side-shore le départ est facile, mais tu peux dériver sous le vent. Par vent Onshore, il faudra savoir caper pour s’éloigner du bord, mais en cas de soucis tu seras vite rentré. Le vent offshore porte au large et en cas de pépin ça devient dangereux, d’autant plus que les vents de terre sont la plupart du temps très rafaleux avec des grosses molles. Cette orientation est à proscrire au début sans un dispositif de sécurité. Tu verras sûrement parfois certains kiteurs naviguer dans ces conditions (et de façon systématique dans la tramontane). Ne cherche pas encore à les imiter. Renseigne-toi sur l’heure de marée, elle a une influence sur le plan d’eau et le shore break : C’est en général plus plat à marée basse.

III. CHOISIS TON MATOS

Utiliser du matos adapté à son niveau et au plan d’eau sonne comme une évidence, pourtant as-tu le choix ? Si tu n’as qu’une seule aile, naviguer sous-toilé n’est pas un gage de sécurité, au contraire, elle pourrait avoir tendance à tomber beaucoup ou du mois à te faire descendre irrémédiablement sous-le-vent. La taille de la voile est évidemment importante pour naviguer tranquille, mais ce n’est pas forcément à celle inscrite sur les voiles en train de naviguer qu’il faut se fier : non seulement elles dépendent du poids du rider en dessous, du volume de sa board et de son programme de navigation, mais certaines auront aussi une plage d’utilisation beaucoup plus vaste que la tienne. Dans un premier temps essaie de comparer ce qui est comparable, le temps d’acquérir tes repères, relève le vent à l’anémo, et bien entendu, prends conseil sur la plage.

Tu as peut-être acheté ta première voile ou board d’occasion surtout parce qu’elle semblait être une bonne affaire. Si la plupart des ailes sont aussi accessibles aux débutants, certaines sont néanmoins un peu trop vives, puissantes, difficiles à redécoller ou dotées de beaucoup de réglages incompatibles avec ce niveau. Les ailes les plus évolutives ont un très bon depower, ce sont les allround et les wave-foil. Les ailes typées freestyle sont moins accessibles et maintenant, il faut aussi tenir compte des matériaux, car certaines ailes deviennent très réactives grâce aux tissus ultra-PE comme l’Aluula, mais il est peu probable que tu en ais trouvé une dans un vide grenier. C’est surtout la board qui pourra être beaucoup trop petite. Veille à ce que ce ne soit pas le cas pour ton premier achat. Il n’y a pas plus contre-productif que d’apprendre un sport de glisse avec du matériel trop technique pour soi. Choisir du matos un peu plus technique en prévision de l’avenir te fera perdre du temps car tu progresseras moins vite, voire pas du tout et tu finiras démotivé. Il faut le choisir en fonction de son niveau du moment et pas de celui qu’on compte atteindre.

IV. CHOISIS TES AMIS

Pouvoir bien s’entourer, notamment tant que ton analyse n’est pas encore au top, est bien utile, en plus d’être sympa. C’est ce qui est difficile au début : on n’est pas toujours très sûr de soi, mais on ne connait pas encore les gens. Les meilleurs compagnons de kite sont ceux en lesquels on peut avoir confiance. Il te faudra trouver ceux dont les connaissances de la météo ou du spot pourront combler tes lacunes. Les copains rencontrés en école ont rarement plus d’expérience que toi mais peuvent créer une émulation. Certains prennent une sorte de leadership, mais ça ne signifie pas que leur analyse est bonne : ils peuvent juste avoir une plus grande gueule. On rencontre facilement des anciens en kite, d’abord en saluant tout le monde en arrivant, en donnant un coup de main pour décoller, et aussi en allant poser quelques questions. Avoir quelques bières dans la glacière ne peut pas faire de mal non plus. Et bien sûr il y a les clubs, qui sont faits aussi pour accueillir les jeunes, dont beaucoup possèdent des « leaders » dévoués à cette mission d’accompagnement.

La plupart des spots ont maintenant leur groupe Telegram ou Wattsapp pour se refiler les infos. Ne t’endors pas sur eux pour l’analyse météo, fais aussi tes observations, ça fait partie de la progression et de la prise de confiance, parce que sur l’eau, tu seras seul.

V. CONNAIS BIEN TON KITE

Pour ta sérénité, comprends bien que tu n’es pas prisonnier de l’aile. Pour cela, le B-à-Ba est de savoir larguer son kite les yeux fermés dans toutes les positions, de bien comprendre comment les deux largueurs fonctionnent et dans quels cas les utiliser. Fais souvent des « poignées témoin » dans l’eau, sur l’eau et sous l’eau pour simuler des largages, ça rentrera dans ton cerveau comme un automatisme. Déclenche aussi de temps en temps après avoir posé pour entretenir le système et t’entraîner à le réenclencher.

Si la puissance de ton kite t’impressionne toujours, explore sa sécurité passive en lâchant la barre pour observer la disparition de la traction, apprends à bien jouer sur le trim. On est maintenant très loin des premières quatre-lignes !

Continue éventuellement les exercices d’école, la nage tractée, le pilotage sur la plage si l’espace est sécurisé. Les ailes se pilotent en douceur et en fluidité, il faut apprendre à écouter les informations qu’elles communiquent, les choquer au maximum, les laisser voler sans se crisper…

VI. DETENDS-TOI

Ça n’est pas intrinsèquement le vent, la mer, le kite, les autres qui créent du stress. C’est une chimie dans ton cerveau, aussi tu peux agir très efficacement dessus avec quelques conseils de notre préparatrice mentale Marine Descols. Veille d’abord à te trouver dans de bonnes dispositions pour un bon apprentissage, donc à te sentir en forme physique et morale. Aie des exigences en rapport avec tes capacités du moment. Inutile de se mettre une pression de malade pour performer comme un athlète quand on débute. Sois tolérant, si tu n’as plus fait de sport depuis longtemps, si t’es épuisé par le taf, si tu as peur de l’état de la mer, tu ne performeras pas pareil. Si tu as tendance à stresser un peu, trouve-toi une routine, un rituel d’échauffement : ça calme, permet de se recentrer, conditionne son esprit à l’apprentissage. On parle d’ancrage, trouve à ce propos le dossier sur les outils du mental dans KBR127. Il peut s’agir de juste nager un peu, ou de méditer quelques instants. Tu peux encore utiliser la respiration « parasympathique » en expirant longuement et doucement pour évacuer la pression. La cohérence cardiaque est aussi une méthode anti-stress qui peut s’utiliser en permanence, il s’agit d’inspirer et expirer de façon contrôlée et égale (4-5 secondes).

Que se passera-t-il si ça part en sucette ? Cette inconnue génère du stress, aussi tu peux faire une exploration mentale pour préprogrammer tes réactions. Il ne s’agit pas du tout d’envisager le pire, mais de visualiser les réponses que tu apporteras dans les scénarios qui te font flipper. Par exemple s’il devait y avoir emmêlage, si tu devais dériver dans les cailloux, ou affronter un grain… que ferais-tu ? En plus, chaque visualisation est perçue par le cerveau comme une expérience vécue, donc tu prends en même temps de la bouteille.

VII. AGIS AVEC METHODE

Notamment pour la préparation du matos, la connexion des lignes, le décollage et l’atterrissage : Ces étapes exigent de la rigueur, et pas de l’improvisation. Utilise des méthodes connues, suis tes procédures et si tu veux changer ta technique, vérifie à deux fois. Alors tu seras serein. Rester concentré sur ces phases importantes implique aussi de ne pas se laisser distraire par les copains ou une jolie passante en bikini. Sur l’eau, essaie de suivre un objectif de progression que tu t’es fixé, par exemple parvenir à caper, maîtriser ta vitesse ou ne pas paniquer à l’approche d’un autre kite. Agir avec méthode pour l’apprentissage des manœuvres, c’est bien entendu assurer les fondamentaux et ne pas griller les étapes. Par exemple pour envisager d’enlever le casque, il faut d’abord pouvoir se dispenser de leash, donc savoir caper en nage tractée. Quand c’est trop compliqué, que tu parviennes à identifier tes problèmes ou au contraire que tu n’y parviennes pas, tu peux toujours retourner voir une école ponctuellement.

VIII. TIENS TON RANG ET SENS-TOI A TA PLACE

Lors des croisements, les autres riders s’attendent à ce que tu respectes les priorités, mais aussi à ce que tu prennes les tiennes, sinon il y a de la confusion et c’est la pagaille. On a besoin de comprendre clairement ce que font les autres sur l’eau, de se faire confiance. Tu n’es pas obligé de faire demi-tour dès que tu vois qu’un rider va croiser ta route. Fais-le s’il est tribord amures, mais pas parce qu’il a l’air très fort !

On a le droit d’être en apprentissage, on a le droit de ne pas être un cador, tu as le droit d’être là. Il ne faut pas en avoir honte ou se cacher, tout le monde est passé par ce stade. Néanmoins il peut être judicieux de choisir son petit coin plus tranquille, ou un peu au large, à l’écart des zones d’envoyade, et tant pis (ou plutôt tant mieux) si maman ne pourra pas te mettre sur instagram. Ne sois pas trop sensible à la critique, même si elle te semble dure ou déplacée : ça n’est en général pas à ta personne qu’elle s’adresse, mais à ta situation provisoire d’apprenti. Si tu te fais engueuler sur l’eau, c’est le plus souvent pour que tu puisses apprendre un truc !

IX. PRENDS TON TEMPS

Inutile de te précipiter dans les vagues ou de sauter alors que tu ne sais pas cranter, parce que tout le monde le fait. Il faut se donner le temps d’apprendre et de maîtriser les codes. Disposer de bons fondamentaux, c’est rassurant, c’est important et ça évite de trimballer de mauvaises habitudes. En école, le casque et le gilet sont obligatoires, non pas pour être repérés de loin, mais pour te protéger. Après l’école on fait comme on veut, pourtant on est probablement plus exposés. Pourquoi ne pas garder le casque et la flottaison ou l’impact vest ? Ils peuvent rassurer, protéger du froid aussi et on n’a pas forcément l’air idiot avec, d’ailleurs beaucoup y sont revenus depuis le foil ou dans les vagues. Inutile aussi de tout plaquer dès que tu vois une feuille frémir sur son arbre : attends que toutes les conditions soient réunies pour te permettre une bonne nave. Une bonne météo, un bon esprit, une bonne forme. On a toute la vie devant nous et il faut aussi savoir passer son tour. Quand il y a des kites à l’eau, ça n’est pas parce que c’est bon pour eux, que ça l’est aussi pour toi.

X. SOIS CURIEUX

Plus tu accumuleras de connaissances, plus tu pourras te sentir à l’aise. En fait cela dépend beaucoup des individus. Certains deviennent très à l’aise en suivant leur instinct et en défrichant, sans pouvoir expliquer les choses. D’autres ont besoin de comprendre comment et pourquoi les choses fonctionnent, de faire tourner leur imaginaire, de poser plein de questions. Bouquiner, regarder des vidéos, discuter avec les vieux pour engranger des connaissances, ça fait partie de la progression et de l’acquisition de l’autonomie. Prendre le temps de se poser pour observer les riders, mais aussi les nuages, les vagues, les courants avant de se précipiter à l’eau. Comprendre comment déroulent les vagues, comment naviguent les autres, où ils se placent, est riche en enseignements et permet de rentrer progressivement et plus détendu dans sa session.

Surf Session “LOVE”

par Vincent Chanderot dans Surf Session #383 “Love”, Printemps 2022

Quand le rédac chef de Surf Session m’appelle pour me demander un article (apocryphe) :

– Sur quoi ?

– Je sais pas… le thème du numéro c’est “LOVE”

– Tu as sonné à la bonne porte. Tu veux un papier sur l’amour à la plage ?

– Bah plutôt comment aimer la planète, l’océan, l’environnement, mais dans le style Surf Session”

Voici donc une occasion à saisir, afin d’aborder dans Surf Session un problème totalement évacué par le surf en général et le haut niveau en particulier : s’inscrire dans un monde bas carbone et arrêter de prendre les gens pour des cons. Ici le greenwashing turbine à plein tubes et beaucoup de ceux qui s’érigent en icônes n’ont soit pas compris l’enjeu et ce qu’il implique, soit (plus souvent) surfent par opportunisme la vague de ce que les gens ont besoin d’entendre.

Pour ce numéro débordant de LOVE, Surf Session souhaite aussi questionner ce que signifie aimer la planète et l’océan en 2022. En effet, si le surf a joui historiquement d’une image de proximité avec la nature, de nouveau enjeux environnementaux colossaux ont émergé et il faut désormais composer, pour le surf, avec l’impact d’un sport-tourisme de masse.

” On ne va pas se mentir : Si nous cessons un jour notre fuite en avant, le trip aux antipodes, ce ne sera plus les congés payés, mais le voyage d’une vie… Alors ce magazine deviendrait un outil de connaissance, une invitation au rêve plutôt qu’au voyage “. Vincent Chanderot

Pays Basque et Sud Landais : Le Kite dans la patrie du Surf

Biarritz, Hossegor, Belharra, Mundaka sont des noms qui résonnent dans l’univers de la glisse et même au-delà. Ces berceaux du surf et du big wave riding européen se trouvent tous dans ce petit coin du bout de la France, mais ne résument pas à eux seuls le ride basco-landais. Des plages mythiques aux contreforts oubliés des Pyrénées, ce coin de la France offre un terrain de jeu exceptionnel à tous les amoureux de sports de nature. Pourvu qu’on ait du temps et surtout du vent, tout ou presque est envisageable ! Par Vincent Chanderot dans KITEBOARDER #131

Continue reading Pays Basque et Sud Landais : Le Kite dans la patrie du Surf

Vents de légende : ENBATA

L’été au pays basque n’est pas des plus venteux. Si c’est plutôt dans le sud des Landes qu’on ira chercher la brise de mer, les spots basques peuvent profiter d’un coup de vent éphémère et puissant. Il s’agit d’une galerne, affublée ici du nom d’Enbata, mais aussi de Brouillarta à partir de St-Jean-de-Luz ou Galerna en espagnol. Par Vincent Chanderot dans KITEBOARDER 131

Continue reading Vents de légende : ENBATA